Parlons théorie

Ajouts de liquide en SAF

« Je veux ajouter du lait/jus/purée dans mon savon, comment je le calcule ?« 
Voilà une question qui revient souvent sur les groupes alors je me suis dit que j’allais vous expliquer les différentes façons de procéder. On y va ?

 

Ajout de liquide avec
une solution de soude prête à l’emploi

 

Les lessives de soude toutes prêtes que l’on trouve dans le commerce ont un bel avantage : le mélange soude/eau est déjà fait. Ça peut être pratique et rassurant lorsque l’on débute mais on est vite limité en créativité.
Si on veut que ça n’influence pas trop la dureté et le temps de séchage du savon, les ajouts de liquide sont limités. Pour déterminer la quantité d’ajout, ça demandera un petit calcul. Voici les étapes :

  • entrez votre recette dans le calculateur en y indiquant la concentration inscrite sur votre bouteille de lessive de soude. L’addition de la quantité d’eau et de la quantité de soude vous donnera la quantité de lessive de soude à utiliser.
  • notez la quantité d’eau indiquée par le calculateur, elle vous servira à déterminer la quantité de liquide supplémentaire à ajouter.
  • toujours sur le calculateur, diminuez la concentration et notez la nouvelle quantité d’eau. Je vous conseille de ne pas descendre en dessous de 28 ou 29% tout en sachant que suivant la composition de votre recette (quantité de gras durs principalement) le savon mettra plus de temps à durcir et à sécher.
  • faites la différence entre les deux quantités d’eau ça vous donnera la quantité de liquide à ajouter.

Voici un exemple qui sera plus parlant.

  • je souhaite faire la recette gagnante inclue dans Mendrulandia. Ma bouteille de lessive a une concentration de 30% et je souhaite ajouter du jus de carottes. Le calculateur me dit que je dois utiliser 309g de lessive de soude (dont 216g d’eau).
  • je diminue la concentration à 28%, le calculateur indique 238g d’eau.
  • le calcul sera : 238 – 216 = 22. Je pourrais donc ajouter 22g de jus de carottes dans ma recette soit directement dans les huiles soit à la trace.

separateur_texte

Remplacer toute l’eau
par le liquide de votre choix

 

Cette méthode est valable uniquement si vous utilisez de la soude en perles.

En théorie c’est la méthode la plus simple, pas besoin de se casser la tête. Une fois que vous avez choisi la concentration de soude de votre recette vous n’avez plus qu’à remplacer le poids d’eau indiqué par le calculateur par le même poids du liquide de votre choix. Voici quelques petits conseils en vrac :

  • il est préférable de congeler façon granité votre liquide avant utilisation afin de limiter la montée en température lors de la dilution de la soude. En limitant la montée en température on limite le risque de voir cuire ou caraméliser les liquides (qui souvent contiennent du sucre).
  • un fois que vos glaçons sont prêts et dans un contenant adapté vous pouvez ajouter délicatement les perles de soude en plusieurs fois et en mélangeant bien entre chaque ajout afin de répartir la chaleur et d’aider les glaçons à fondre. Si vous ne mélangez pas lors de l’ajout de la soude celle-ci va s’agglutiner et former des gros morceaux au contact du froid et de l’humidité des glaçons.
  • si vous souhaitez utiliser une boisson alcoolisée pour faire votre savon il faudra préalablement faire évaporer l’alcool. Si c’est de la bière, il faudra aussi la dégazer. Ensuite il ne vous restera plus qu’à congeler le liquide.
  • si vous utilisez un liquide très gras (lait de coco par exemple), pensez qu’il influencera votre surgras.
  • pour finir, attention si vous utilisez du lait d’avoine pour remplacer la totalité de l’eau, la manœuvre est un peu plus délicate. Le lait d’avoine est une boisson riche en mucilages qui ont un effet épaississant. Plus le lait d’avoine va chauffer, plus il va épaissir et prendre une texture visqueuse. A cause de cette texture il est difficile de voir si la soude est diluée correctement. Si vous souhaiter tout de même remplacer toute l’eau par du lait d’avoine je vous recommande très fortement de passer votre solution de soude à travers une passoire à mailles très fines au moment de l’ajouter à vos huiles afin de récupérer les éventuelles perles de soude non diluées. Ça vous évitera un savon caustique.

separateur_texte

Remplacement d’une partie de l’eau
par le liquide de votre choix

 

Le procédé est valable uniquement si vous utilisez de la soude en perles.

Cette méthode reste ma préférée, avec elle pas besoin de passer par l’étape de la congélation puisque le liquide ajouté ne servira pas à diluer la soude.
Le seul prérequis à cette technique c’est la connaissance de la notion de concentration de soude afin de ne pas faire d’erreurs dans le partage du liquide. Si vous n’êtes pas familier avec cette notion, un article y est consacré ici.
Voici la technique :

  • entrez votre recette dans le calculateur en y notant la concentration de soude que vous avez choisi.
  • la quantité d’eau indiquée par le calculateur devra être répartie entre l’eau et le liquide de votre choix. C’est vous qui choisissez les proportions eau/liquide, faites juste bien attention à avoir au minimum autant d’eau que de soude pour pouvoir diluer correctement la soude. Si le poids d’eau est inférieur au poids de soude cette dernière ne pourra pas se dissoudre entièrement.
  • nous auront alors une part d’eau qui servira à diluer la soude. Et une part de liquide de votre choix que vous ajouterez directement dans vos huiles ou à la trace selon votre préférence.

Là aussi un exemple sera plus parlant. Voici comment je procède :

  • je souhaite à nouveau faire la recette gagnante de Mendrulandia et y intégrer du lait d’avoine. Je choisi de mettre ma concentration à 33% ce qui est pratique pour cette méthode puisqu’une telle concentration veut dire que la solution contient 33% de soude et 67% d’eau soit quasi 1 part de soude pour 2 part de liquide
  • le calculateur m’indique 93g de soude pour 188g d’eau.
  • je divise la quantité de liquide indiqué par 2 ce qui donne 94g
  • j’utilise 94g d’eau pour diluer la soude (on a légèrement plus d’eau que  de soude donc pas de soucis pour la dilution). Et je peux utiliser 94g de lait d’avoine que j’ajouterai dans mes huiles dès le départ. Je préfère l’ajout du liquide directement dans les huiles car ça me permet de mieux gérer la trace. Ensuite je savonne de la même manière que d’ordinaire.

Une petit piqûre de rappel niveau sécurité de faisant pas de mal, si vous utilisez cette méthode faites donc bien attention aux 3 choses suivantes :

  • veillez à toujours diluer la soude dans au minimum son poids d’eau.
  • faites bien attention à vos pesées de soude et d’eau, en travaillant avec des solutions de soude concentrées l’erreur de pesée peut être vite dommageable.
  • n’oubliez pas le matériel de protection ! Gants, lunettes, masque à cartouches, blouse à manches longues et chaussures fermées.

separateur_texte

J’espère que cet article vous aura été utile et qu’il vous permettra de laisser libre court à votre créativité ! En attendant de vous retrouver, prenez soin de vous.

23 réflexions au sujet de “Ajouts de liquide en SAF”

  1. Bsr
    Si je veux mettre du lait de chevre frais je peu en mettre une partie avec la soude et le reste mélangés dans mes huiles avant de verser ma soude merci

    J'aime

    1. Oui tu peux tant que la soude est diluée dans au minimum son poids en liquide (lait dans ton cas). Il faudra aussi congeler la quantité de lait qui servira à diluer la soude pour éviter qu’il ne brûle à cause de la montée de chaleur.

      J'aime

  2. Bonjour et merci pour ce blog sur lequel je prends beaucoup de notes ! 🙂
    Il y a toujours une chose qui m’intrigue sur l’ajout de purée ou de jus, peut-être pouvez vous m’éclairer ! On tient compte uniquement du poids de l’ajout, et non de la quantité d’eau qu’il contient ?
    Par exemple, si le « liquide » de mon choix est une purée de carottes. Disons que j’ai fait tous les calculs et que je veux remplacer 100g d’eau de ma recette par de la purée de carottes.
    J’ai préparé ma purée de carottes en les faisant cuire à l’eau, j’ai tout égoutté et tout mixé. J’ai bien une sorte de purée de carottes à la fin. Je considère donc bien que 100g de cette purée peut remplacer 100g d’eau ? alors qu’il n’y a pas d’eau dedans ?
    Même question de fond pour le jus. Si je fais mon jus avec quelques carottes, 500g d’eau. Je mixe le tout pour faire une sorte de jus. Je pèse 100g de ce jus et je peux considérer que ça remplace les 100g d’eau que je devais mettre?
    J’espère que vous avez compris mon questionnement… C’est pas évident. Et d’avance merci si j’obtiens une réponse.

    J'aime

    1. Bonjour Léa et bienvenue par ici !

      Oui c’est ça, pour ma méthode on tient compte du poids total de l’ajout et non de sa teneur en eau car ce sont des ajouts qui apportent du « mou ». Que ce soit une purée ou un jus. Donc si je veux remplacer 100g d’eau j’ajoute 100g de jus/purée.

      J'aime

  3. Bonjour et merci pour cet article très clair et tout les autres sur votre site, c’est une précieuse mine d’information pour moi qui débute en savons !
    J’ai une question à laquelle je ne trouve aucune réponse sur le web : y a t’il un pourcentage minimum de liquide pour faire un savon ? J’ai souvent vu évoqué un % entre 32 et 40% mais est-ce que ça peut être bien moins ? Je m’explique : j’utilise de la lessive de soude concentrée à 50% et lorsque je rentre cette donnée dans SoapCalc, avec toutes mes huiles ça m’indique un % d’eau de 13%. Pensez vous que ce soit problématique car assez bas, et bien loin des % souvent évoqués… Est-il nécessaire de rajouter du liquide ensuite ?
    Encore merci à vous !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour et bienvenue par ici !
      Au minimum il faudra le même poids de liquide que de soude (soit une concentration de 50 %). S’il y a moins de liquide, la soude ne pourra pas se dissoudre entièrement et le savon risque d’être caustique.
      Travailler avec cette concentration peut être avantageuse dans le cas de recette contenant uniquement des huiles fluides, ça permettra au savon de durcir plus vite et de mieux sécher. Mais s’il y a des beurres dans la recette ça deviendra compliqué à travailler car la trace arrivera très très vite. Il faudra donc adapter la concentration en fonction de la recette. Mon article sur la concentration devrait vous être utile, il parle justement de ça (et du fait de ne pas confondre concentration et eau en pourcentage des huiles).
      Si vous avez d’autres questions, n’hesitez pas !

      J'aime

      1. Merci beaucoup pour votre réponse, je viens de lire l’autre article, en effet c’est bien plus clair pour moi ! Mes derniers savons sont très mous, ils peinent à durcir à cause de trop d’ajout de liquide, mal dosés je pense. Mais au moins ils ne devraient pas être caustiques… Vivement ma prochaine tournée pour faire mieux 🙂

        J'aime

  4. Allo Alessandra un gros travail que tu as fait là merci beaucoup. Est ce que tu sais si je peux faire ta méthode avec la bière comme liquide en hot process et si oui comment me conseille tu de le faire. Et tu sembles dire que lait d’avoine donne une belle texture au savon, est-ce que c’est mieux qu’au lait de chèvre.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Maryse 😊

      La bière, je l’ai justement utilisée pour diluer la soude dans un hot process. Je l’ai mise dans une casserole, j’ai brassé pour enlever le maximum de gaz puis je l’ai mise sur feu très doux pour que l’alcool s’évapore et qu’elle réduise presque de moitié (ça la concentre en sucres). À partir de là à toi de voir comment tu veux procéder. Soit tu la congèle pour l’utiliser pour diluer la soude. Soit tu procède comme pour la 3eme methode de l’article. Et tu fais ton hot process comme d’habitude.

      Pour en revenir au lait d’avoine, oui c’est vrai que j’aime beaucoup. Je ne pourrais pas te donner une comparaison avec le lait de chèvre, je n’en ai jamais utilisé.

      J'aime

      1. Tu avais fait comment toi avec le savon à la bière en hot process, je vais faire comme toi pour bien le réussir.

        J'aime

  5. Alessandra, est-ce que tu sais si ces liquides (laits, bières, vins, jus) au lieu de l’eau, ont un impact positif sur la mousse? Si non, c’est quoi leur impact?

    Aimé par 1 personne

    1. Si les liquides sont sucrés, ils auront effectivement un impact sur la mousse. Pour avoir testé la dissolution au jus de canne à sucre ou à la bière, j’ai pu constater une belle mousse à grosses bulles. Avec de l’eau d’érable ça doit être pas mal aussi. Les laits auront plutôt une influence sur la douceur du savon. Par exemple j’aime beaucoup le lait d’avoine parce qu’il apporte de l’ontuosité à la mousse et donne un bon glissant grâce aux mucilages.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s