Parlons théorie

Parlons formulation

Je ne sais pas pour vous, mais ici savonner se fait en 3 grandes étapes. Chaque étape a sa petite routine qui commence à être bien huilée et chacune à sa manière me vide la tête. Difficile de choisir ma préférée…

Formuler – Savonner – Mettre en beauté.

Aujourd’hui nous allons nous concentrer sur la première étape. Je vais vous montrer comment je crée une recette. Nous avons chacun.e notre façon de formuler. La mienne est une parmi d’autre, ni meilleure, ni moins bonne. Elle donne des savons qui conviennent à ma peau et à celle de mes proches, ce qui est finalement le principal.
À vous de vous en inspirer et de vous approprier la méthode pour créer les recettes qui vous plaisent et qui vous conviennent.

On y va ?

Connaître vos goûts et votre peau

Ma préférence va aux savons qui ont une mousse dense et très crémeuse. Le passage sous la douche devient alors le moment cocooning pour bien commencer la journée. Ma peau n’est pas spécialement sèche mais elle n’apprécie peu les savons trop détergents alors la douceur est de mise.

mousse_butineMousse à la fois crémeuse et laiteuse de mon savon Le Butiné (lien article)

Et vous ? Vous préférez vos savons plutôt bulleux ? Plutôt crémeux ? Votre peau est-elle à tendance sèche ou atopique ? Répondre à ces questions orientera à la fois le choix de vos ingrédients, mais aussi votre manière de formuler.

Connaître ses huiles

La première étape, qui selon moi est la plus importante, est de bien connaître les huiles que vous allez choisir pour votre formule.
Chaque huile aura une influence sur les propriétés du savon.

Pour connaître leur influence, il faudra regarder leur profil d’acides gras. Comme nous l’avons vu dans deux précédents articles (influence des acides gras partie 1 et partie 2), ce sont ces acides gras qui vous indiqueront quelles propriétés auront vos huiles. Pour connaître le détail, je regarde sur Soapcalc.

AG_soapcalc
A gauche, les principaux composants du beurre de karité.
A droite, ceux de l’huile de coco.

Pour cet article, nous allons formuler une recette à partir des huiles de coco, olive, colza, ricin et du beurre de karité. Un mélange que j’aime beaucoup.

Passons en revue ces différents ingrédients :

  • l’huile de coco est composée majoritairement d’acides laurique (48%) et myristique (18%). Ces deux acides gras donneront un savon détergent, dur et mousseux.
  • le beurre de karité, quant à lui, est composé en grande partie d’acide stéarique (40%) qui permettra d’avoir un savon crémeux et dur ainsi que d’acide oléique (48%) qui apportera de la douceur.
  • l’huile d’olive, comme son nom l’indique contient majoritairement de l’acide oléique (69%) qui apportera, comme pour le karité, de la douceur.
  • l’huile de colza, amie de la peau douce, est composée principalement d’acide oléique (61%) et d’acide linoléique (21%) ce qui donne un savon extrêmement doux et une mousse onctueuse. Mais la présence importante d’acide linoléique peut rendre cette huile sensible à l’oxydation, il faudra alors limiter sa quantité dans la recette (l’huile de colza raffinée semble moins fragile que la bio de première pression à froid).
  • l’huile de ricin est composée à 90% d’acide ricinoléique qui va agir comme catalyseur de mousse et apportera aussi de la douceur.

Ça peut prendre un peu de temps au départ de passer en revue vos huiles mais c’est utile. À mes débuts, je me suis fait un carnet avec les différentes huiles que j’utilise (ou que je compte utiliser un jour) en détaillant leur profil d’acides gras et en notant leur sensibilité à l’oxydation. J’ai trouvé ça très pratique et je m’y réfère au besoin.
Une fois cette étape faite, vous avez déjà dégrossi un bonne partie du travail de formulation !

Formuler en pourcentage

S’il y a des habitué.es de la cosmétique home made par ici, cette méthode vous est déjà sûrement familière. Pour d’autres, ça peut paraître compliqué (oui, oui, je vous vois faire les gros yeux ^^ ). Rassurez-vous, ça ne l’est pas tant que ça.

Pour simplifier, travailler en pourcentages en saponification revient à créer une formule sur un total de 100 grammes d’huiles.

Par exemple, intégrer de l’huile d’olive à hauteur de 40 % reviendra à mettre 40g d’huile d’olive pour un savon contenant au total 100g d’huiles.

Si c’est encore brumeux et qu’un cours plus détaillé vous intéresse, vous en trouverez un sympathique sur Capte les maths.

Bien sûr, travailler en pourcentages n’est pas une obligation, mais ça a des avantages :

  • on se rend mieux compte de l’influence des huiles choisies pour la recette. Au fil des recettes on finit par savoir pour chaque huile quelle proportion nous plaît.
  • ça permet, du coup, d’ajuster plus facilement les proportions d’huiles pour arriver aux propriétés souhaitées.
  • quand l’œil est exercé (ça finit par venir), on voit plus rapidement si les recettes sont équilibrées.
  • une fois votre recette en pourcentage créée, vous pouvez grâce au calculateur, la recalculer sur n’importe quel poids d’huile tout en gardant vos proportions (sur Mendrulandia vous pouvez vous référer à la partie 3 du tutoriel pour voir comment faire).

La formulation

Maintenant que nous avons toutes les cartes en main, il ne reste plus qu’à s’y mettre !

En général, pour avoir un savon équilibré qui durcit rapidement et qui n’a pas besoin d’une longue cure même en utilisant de la lessive prête à l’emploi, on conseille d’avoir en moyenne une recette composée pour moitié de beurres.

On comptera dans les beurres les huiles de coco, palme et babassu car elles sont solides à température ambiante malgré leur dénomination d’huile. On comptera aussi dans les beurres, les graisses animales si vous les utilisez.

La formule se résume à :
50 % beurres + 50 % d’huiles

Une fois les huiles et beurres choisis, il ne reste plus qu’à tâtonner sur le calculateur. Au début on cherche longtemps (surtout si comme moi vous êtes un peu perfectionniste sur les bords). Mais à force vous finirez par connaître les proportions gagnantes.

Ici, j’ai pris de l’avance et j’ai préparé une recette.
Voyons la partie beurres :

  • l’huile de coco est un incontournable. Si nous voulons un savon mousseux sans qu’il soit trop décapant, nous la doserons entre 20 et 30 %. Coupons la poire en deux, dosons-la à 25 %.
  • pour compléter, on peut utiliser un ou plusieurs autres beurres. Ici on choisira le beurre de karité à hauteur de 25 % qui apportera un peu de dureté, du crémeux et de la douceur.

Pour les huiles :

  • l’huile de ricin. Nous allons la doser à seulement 5 % (à haute dose elle a tendance à ramollir le savon). Elle aura pour rôle de booster la mousse formée par l’huile de coco. Et elle apportera aussi un peu de douceur.
  • ensuite l’huile de colza, pour sa grande douceur et l’onctuosité de sa mousse. Comme c’est une huile qui peut être sensible, nous la doserons à 10 %.
  • pour finir, nous compléterons avec l’huile d’olive, un deuxième indispensable en savonnerie. Si nous avons bien calculé, avec 35 % le compte devrait être bon.

Dans le calculateur Mendrulandia, voici ce que cela donne :

tuto_formulationLa recette est exprimée en pourcentages, attention de ne pas la reproduire sur 100g, c’est une quantité trop petite pour savonner en sécurité. On conseille d’ailleurs 500g d’huiles minimum.

Pour choisir le surgras, j’ai essayé différents pourcentages afin de voir ce que ça donnait niveau propriétés du savon et 8 % me paraissait pas mal. Tous les indices sont en vert, à part le séchage qui est légèrement supérieur mais ça annonce un savon qui séchera rapidement entre deux utilisations donc c’est plutôt positif !

Voilà pour cette recette. Il ne restera plus qu’à la recalculer sur le poids d’huiles nécessaires pour remplir votre moule (pour calculer la capacité de votre moule, vous trouverez une formule de calcul ici).

Là c’est une méthode de formulation assez « académique » je vous l’accorde. Rien ne vous empêche par la suite de sortir des sentiers battus et d’expérimenter. Au contraire, c’est souvent le plus amusant. Et c’est en sortant des sentiers battus que la notion de concentration de la lessive de soude prendra tout son sens.

J’espère que cet article vous aura aidé à vous lancer dans l’étape de la formulation (au moins un petit peu). J’espère aussi voir plein de belles photos de vos réalisations sur les groupes facebook où l’on se croise ! Et comme d’habitude, si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire, ça pourra servir à d’autres et je réponds toujours. Ou vous pouvez aussi juste me laisser un petit mot, ça fait plaisir 🙂

Et en attendant de vous retrouver par ici, prenez soin de vous et bullez bien !

Publicités

14 réflexions au sujet de “Parlons formulation”

  1. Bonjour Alessandra,

    Tout d’abord merci beaucoup de nous faire partager ton savoir, j’ai commencé à faire mes premiers savons et dévore chacun de tes articles !

    J’ai quelques questions concernant l’utilisation de jus et de lait en remplacement de l’eau dans la lessive (suite à ta réponse à un commentaire dans un autre article ) :
    – J’ai lu que tu conseillais de congeler le jus ou le lait avant dissolution avec la soude, est-ce pour ne pas en altérer les propriétés lors de la montée en température ? Faut-il le faire systématiquement ?
    – Leur utilisation peut-il modifier les caractéristiques sur Mendrulandia ? (Exemple : le lait d’amande peut-il modifier la dureté ou la douceur du savon et ainsi fausser les valeurs du calculateur ?)
    – Si j’ai bien compris, il suffit de remplacer la quantité d’eau par la même quantité de jus ou de lait congelé (dans le cas d’un remplacement total). Pour un remplacement partiel, disons à 50%, suffit-il de mettre moitié eau / moitié jus ou lait congelé ?
    – J’imagine que la lessive monte moins en température et qu’il faut être particulièrement attentif pour que la lessive et les huiles soient mélangées à la même température ?
    – Et enfin, y a t-il un réel intérêt autre qu’esthétique (pour la couleur) à utiliser autre chose que de l’eau ?

    Désolé je me rends compte en me relisant que ça fait beaucoup… Merci par avance de tes réponses et très bonne journée ! 🙂
    Mathieu

    J'aime

    1. Bonjour Mathieu, contente de voir que mes articles te sont utiles !

      Dans l’ordre :
      – quand la soude est mélangée à un liquide contenant du sucre ça produit un très gros dégagement de chaleur. Encore plus que lorsque l’on dissout la soude dans l’eau. Congeler ce type de liquide permet de limiter la montée en température et d’éviter que le liquide ne caramélise. Si tu veux faire un remplacement total de la quantité d’eau par un autre liquide, je te conseille de le congeler.

      – Leur utilisation affectera forcement les caractéristiques du savon. Par contre ça ne se verra pas sur Mendrulandia puisqu’il ne tient compte que des huiles pour définir les propriétés du savon. La dureté du savon sera impactée par la concentration de soude de la recette (cf article « Parlons concentration »), si elle est basse ça voudra dire qu’il y a beaucoup de liquide dans la recette et le savon mettra du temps à durcir et à sécher. Généralement les liquides ajoutés apportent de la douceur. Et s’ils sont sucrés il augmenteront la mousse.

      – Dans le cas d’un remplacement total de l’eau par un autre liquide, tu remplaces effectivement la quantité d’eau par la même quantité de liquide congelé.
      Si tu veux faire un remplacement partiel, le plus simple est de diluer la soude dans le minimum d’eau (autant d’eau que de soude) et de compléter le reste de la quantité de liquide par le liquide de ton choix. Tu peux mettre ce liquide directement dans les huiles. En faisant ainsi on s’évite l’étape de la congélation. Je procède quasi toujours ainsi, c’est plus simple.
      – Oui, quand on dilue la soude dans les glaçons, ça monte moins en température. Perso je ne fais pas trop attention aux températures de mes huiles et de la soude lors du mélange. Ça m’arrive d’utiliser de la lessive de soude prête à l’emploi à temperature ambiante et de l’utiliser avec les huiles tièdes, ça marche tout pareil 😊 Par contre, pour diluer la soude dans les glaçons, il faut le faire vraiment petit à petit et bien mélanger pour être sûr que les perles soient bien dissoutes.
      – Oups, j’ai répondu plus haut pour cette question… L’ajout de liquide peut effectivement jouer sur la couleur. Certains jouent sur la douceur (le lait d’avoine par exemple apporte beaucoup de douceur et un bon glissant au savon). D’autres influencent la mousse comme le lait d’amande ou le jus de canne à sucre. Après il faut tester pour voir ce que l’on préfère 😉

      Y a pas à t’excuser sur la longueur du commentaire, au contraire, j’aime beaucoup ce genre d’échange, le blog est fait pour ça 😉
      Bon weekend !

      J'aime

      1. Merci encore pour tes réponses Alessandra ! Au temps pour moi je suis passé à côté de la question à laquelle tu avais déjà répondu.

        Je n’ai pas de lait végétal sous la main pour en vérifier la composition, mais dans le cas où il ne contiendrait pas de sucre qui pourrait caraméliser tu recommanderais quand-même de le congeler pour un remplacement total de l’eau ?

        Super l’astuce qui consiste à diluer la soude dans le minimum d’eau et d’ajouter ensuite le reste de la quantité de lait ou de jus directement dans les huiles, d’autant que je n’ai pas de congélateur 🙂
        Et je pensais qu’il était important de mélanger les huiles et la lessive à la même température, c’est bon à savoir !

        J'aime

  2. Bonjour je suis un débutant, j’ai pas encore essayé. Je voudrais informations sur les outils nécessaires pour la saponification.. votre tuto me motive vraiment.

    J'aime

  3. Bonjour je savonne aussi mais J’ai une question ; j’utilise de la lessive de soude prête à l’emploi. Donc, pas chaude. Quand je fais fondre mes beurres, j’attends un peu pour y verser ma soude.
    Mon problème est que la trace arrive trop vite. Comment faire pour qu’elle arrive moins vite?

    J'aime

    1. Bonjour, bienvenue par ici 🙂
      Une trace rapide peut venir de plein de choses : la recette, un ajout qui accélère, une fragrance, la quantité de pâte et la façon de mélanger etc…
      Pour pouvoir t’aider un peu plus, il faudrait que tu me donnes un exemple d’une de tes recette qui trace vite soit ici directement en commentaire soit via le formulaire de contact dans la barre de menu du blog.

      J'aime

  4. Bonjour
    Je découvre ton blog et je suis super enthousiaste de tout lire !!! je me lance dans le monde de la savonnerie et je trouve ici une mine d’informations et déjà merci pour tout ce boulot !!!
    Cette recette correspond en tout point à celle que j’ai calculé hier sur soapcalc, avec quelques différences dans les pourcentages que je viens de modifier … et je suis surprise de voir que j’obtiens de grandes différences par rapport à ton calculateur « Medrulandia » ?? par exemple 17 de pouvoir lavant sur soapcalc contre 51 sur medrulandia….. ou 38 de dureté contre 49 de douceur (si c’est bien la même chose…? )… bref je trouve les différences assez importantes….? Mais je vais continuer à potasser avant de me lancer !
    Merci pour ta patience ! A bientôt !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Nat, bienvenue par ici 🙂
      Désolée du temps de réponse, le temps file trop vite par ici…
      SoapCalc et mendrulandia ont une façon différente de calculer leurs propriétés.
      Soapcalc ne prend en compte que la balance d’acides gras de la recette. C’est purement mathématique et le surgras n’est pas pris en compte.
      Alors que pour mendrulandia ça a l’air d’être un peu plus global. Ils mettent un idéal à 50 comme je l’expliquais dans le tuto sur ce calculateur.
      A bientôt 🙂

      J'aime

      1. Merci pour ta réponse !! pas de soucis … chez moi aussi la distorsion du temps existe et il passe plus vite qu’ailleurs …..!
        Je me suis lancée avec 4 petits savons et tes conseils. J’ai eu une trace très/trop rapide … et là ils sont en cure car je n’ai pas tenté encore le safour…. mais je vais m’y intéresser… je vois que tu le pratiques. En tout cas je viens d’admirer tes magnifiques savons dans ton dernier article !! ça donne envie !!
        A bientôt !

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s