De la théorie

Influence des acides gras en savonnerie. Partie 1.

Aujourd’hui, nous allons aborder un sujet un peu technique. Pas de panique, ça peut paraître compliqué mais finalement, ça ne l’est pas tant que ça. Cela vous permettra de mieux comprendre vos formules et de les ajuster si besoin.

Quand on commence à formuler nos propres recettes, on a tendance à choisir nos huiles en fonction de leurs propriétés. Certaines apportent de la douceur, d’autres bullent ou durcissent le savon etc. Mais si on veut creuser un peu plus, comment détermine-t-on les propriétés d’une huile en savonnerie ? Pour ça, on regarde son profil d’acides gras.

Qu’est-ce qu’un acide gras ?

Un acide gras est une molécule formée d’une chaîne d’atomes de carbone liés à des atomes d’hydrogène et terminée par un groupement acide. Ce sont les composants de base des matières grasses.
Il en existe 3 types :

  • Les acides gras saturés, ceux que l’on évite généralement dans l’alimentation car ils peuvent augmenter les risques de maladies cardio-vasculaires.
  • Les acides gras mono-insaturés aussi appelés oméga 9.
  • Les acides gras poly-insaturés, aussi connus sous les noms d’oméga 3 et 6. Contrairement aux acides gras saturés, les acides gras mono et poly-insaturés ont un effet positif sur la santé, réduisant par exemple le mauvais cholestérol.

Mais qu’en est-il de leur influence en savonnerie ? Dans cet article, nous nous concentrerons sur les acides gras saturés. Les acides gras insaturés feront l’objet d’un second article.

On y va ?

Les acides gras saturés ont pour point commun d’apporter de la dureté au savon et de plus ou moins accélérer la trace.

Acide laurique

acide_lauriqueC’est une molécule formée d’une chaîne de 12 atomes de carbone.

L’acide laurique apporte de la dureté et est responsable du pouvoir détergent du savon. S’il est présent en trop grande quantité dans votre recette, votre savon risque d’être trop décapant et d’assécher votre peau. Par contre, pour ceux qui aiment la mousse à grosses bulles, c’est sur cet acide gras qu’il faudra miser.

Si vous souhaitez garder une grande proportion de cet acide gras (qui n’aime pas les bulles, hein ?) tout en préservant votre peau, vous avez deux solutions. Soit vous augmentez votre surgras (voir l’article à ce sujet), soit vous augmentez votre portion d’acides gras insaturés qui apporteront de la douceur.

On trouve l’acide laurique principalement dans :

  • l’huile de babassu (50%)
  • l’huile de palmiste (49%)
  • et l’huile de coco (48%)

Acide myristique

acide_myristiqueC’est une molécule formée d’une chaîne de 14 atomes de carbone.

Il a les mêmes propriétés que l’acide laurique. Il apporte de la dureté et permet d’avoir une mousse bulleuse. Mais qui dit grosses bulles dit savon très soluble dans l’eau. Comme pour l’acide laurique, s’il est présent en grande quantité dans la formule, le savon pourra fondre assez vite. Il a aussi le même défaut, celui d’être décapant, il sera à utiliser avec modération.

On trouve l’acide myristique dans :

  • le beurre de murumuru (26%)
  • le beurre de tucuma (23%)
  • l’huile de babassu (20%)
  • l’huile de coco (19%)
  • l’huile de palmiste (16%) etc.

Acide palmitique

acide_palmitiqueC’est une molécule formée d’une chaîne de 16 atomes de carbone.

C’est un acide gras qui apporte de la dureté au savon, il produit une mousse dense et crémeuse. Une fois saponifié, l’acide palmitique est peu soluble dans l’eau, il permettra au savon de fondre moins vite et de durer s’il est présent en bonne quantité dans la recette. Il a tendance à légèrement accélérer la trace.

C’est un acide gras assez courant, on le trouve aussi bien dans les gras végétaux que dans les gras animaux. Au niveau végétal on le trouve dans :

  • l’huile de palme (44%)
  • le beurre de cacao (28%)
  • l’huile de baobab (24%)
  • l’huile d’avocat (20%) etc.

Acide stéarique

acide_stéariqueC’est une molécule formée d’une chaîne de 18 atomes de carbone.

Cet acide gras possède les mêmes propriétés que l’acide palmitique. Il apporte de la dureté, prolonge la durée de vie du savon et lui procure une mousse dense et crémeuse. Par contre, il a la fâcheuse tendance à bien accélérer la trace. Alors si votre recette en contient une bonne portion, doucement sur le mixer au risque de devoir sortir la truelle !

Si votre savon présente de petits points c’est sûrement lui aussi le fautif. Il fond à haute température (69°C), il se refroidit et fige donc plus vite que les autres acides gras.

On le trouve dans :

  • la cire de soja (87%)
  • le beurre de kokum (56%)
  • le beurre de sal (44%)
  • le beurre de mangue (42%)
  • le beurre de karité (40%)
  • le beurre de cacao (33%) etc.

Nous avons maintenant fait le tour des principaux acides gras saturés que l’on utilise en savonnerie. Rendez-vous au prochain épisode pour passer en revue les acides gras insaturés

Prenez soin de vous !

Sources : Modern Soapmaking, Soapacadrabra, Pop et Compagnie

Publicités

12 thoughts on “Influence des acides gras en savonnerie. Partie 1.”

  1. Merci ! Moi aussi je comprends la cause des traces les plus rapides que j’ai eues, avec de la cire de soja et une autre fois avec du beurre de kokum. Je pensais que c’était la fragrance. La connaissance permet de s’améliorer…. 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Ah ! Je vois que je ne suis pas la seule à avoir eu une mésaventure avec la cire de soja ^^ Ma première (et seule, je croise les doigts) expérience de trace éclaire et de moulage à la truelle 😀
      Contente que l’article ait pu t’être utile 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s